dimanche 12 février 2012

Relativiser la critique


Il ne faut pas se prendre la tête avec les critiques. Tout d’abord parce que ceux qui critiquent n’ont généralement jamais écrit de livres de leur vie. Deuxièmement, parce que les critiques ont souvent une intention à peine cachée (jalousie, diminuer les ventes de livres concurrents).

Que ce soit Amazon, ou un site de voyages, les commentaires sont souvent très positifs ou très négatifs.

Quand ils sont très positifs, il ne fait aucun doute que ce sont les auteurs du livre (ou leurs amis ou leur famille) qui ont écrit les commentaires.
Quand ils sont très négatifs, il ne fait non plus aucun doute que ce sont des concurrents jaloux qui ont écrit les commentaires.

Par expérience, je me suis aperçu que plus un livre se vend, plus on risque d’avoir de très mauvaises critiques. Au début cela m’a surpris, puis j’ai compris que pour un auteur, ce qui compte, ce ne sont pas les critiques que certains écrivent sur son livre mais les ventes de son livre eux-mêmes.

Je ne vais pas vous apprendre les mauvaises manières : comment écrire de bonnes critiques sur ses propres livres ou de mauvaises critiques sur les livres de la concurrence ou encore l’intérêt d’acheter ses propres livres pour augmenter ses ventes et donc sa popularité ou bien mettre un sous-titre qui fait référence à un auteur connu afin d’augmenter l’intérêt des futurs acheteurs.
Tout cela existe, mais ce sont décidemment de mauvaises manières qu’il vaudrait mieux voir abandonner.

Je préfère que vous écrivez avec votre cœur et quels que soient vos succès, vous ne les devrez qu’à vous-même et non pas à d’éventuels stratagèmes.