mardi 31 janvier 2012

Le développement du sujet

Vous avez le titre (éventuellement le sous-titre), le sommaire (même partiellement) et peut-être aussi la conclusion (la fin de votre livre), il ne vous reste plus qu’à développer tout ça.
Installer les titres et les sous-titres de votre sommaire en faisant des sauts de page (Ctrl-P) à chaque fois que vous passez à un nouveau chapitre.

Faites des phrases courtes et compréhensibles par tous. Ce conseil est valable si votre livre est destiné à un large public. Par contre si vous traitez d’un sujet particulier, que seuls quelques initiés doivent comprendre, comme un traité de parapsychologie ou de sorcellerie, laissez-vous aller à écrire des phrases incompréhensibles, très longues et dénuées de ponctuation, de sorte que les rares lecteurs qui vous liront devront essayer de déchiffrer votre message.
Un jour, j’essaierai d’écrire ce genre de livre, quelque chose de vraiment obscur, de bien incompréhensible, un peu à la manière du célèbre psychiatre et psychanalyste français Jacques Lacan. Et pour que ce soit encore plus pénible, j’en ferai 300 pages minimum. Rassurez-vous, ce ne sera pas pour aujourd’hui.

En ce qui vous concerne, je vous conseillerai de vous laisser porter par l’écriture, écrivez avec votre cœur, laissez libre court à vos pensées. Tant pis pour les fautes et les règles de ponctuation, vous devrez de toute façon relire tout ça par la suite. Ce qui importe au moment où l’on écrit, c’est d’écrire tout ce qui vient à l’esprit, quitte à trancher et à reformuler après.
Heureusement, le traitement de texte est votre ami. Personne ne saura toutes les fautes d’orthographe et grammaticales que vous aurez faites puisque vous n’en être qu’au premier jet, l’instant de la création, le moment où tout est possible, où les idées fusent et se bousculent dans votre tête et que vous n’arrivez pas à écrire sur votre écran, tellement elles viennent vite.
Dans ces moments-là, on peut écrire très vite. Malheureusement le temps de la relecture viendra, et ce sera un moment beaucoup moins jouissif, puisqu’il faudra se relire et opérer de nombreuses modifications.