lundi 30 janvier 2012

La conclusion

Vous pensez qu’il est encore trop tôt pour parler de la conclusion…
Mais afin de savoir où on va, ne doit-on pas connaître le but ?
En matière de livres, il y a un début et il y a une fin, et tout ce qu’il y a entre le début et la fin peut être écrit après.
Quand vous partez en voyage, vous connaissez le point de départ ainsi que le point d’arrivé. Ce qu’il y a entre ces deux points, vous le découvrez par la suite. C’est à peu près la même chose pour votre le livre. Vous savez par où commencer et vous savez comment vous voulez que ça se termine, il ne vous reste plus qu’à écrire le reste.
Ceci est mon point de vue, et le sommaire que je commence à écrire au tout début du livre m’aide et me guide tout au long de l’écriture. C’est en quelque sorte un plan d’écriture.

Bien sûr, ce n’est pas une règle, vous pouvez avoir votre propre façon de faire, mais si vous n’avez pas de début et de fin, ni de sommaire pour vous guider dans l’écriture de votre livre, vous risquez de passer à côté du sujet, c’est-à-dire commencer un ouvrage sur un thème (exemple le lièvre) et vous apercevoir en terminant votre livre que vous avez traité d’un autre thème (la chasse).

Si votre livre est un polar, la conclusion, c’est le dernier chapitre où l’on découvre que l’assassin n’est pas celui que l’on croyait, ce qui provoque un dernier rebondissement.

Si votre livre est un manuel, la conclusion, c’est le dernier chapitre dans lequel l’auteur vous prodigue ses derniers conseils.

Vous n’êtes pas obligé d’écrire une conclusion mais il risque de manquer quelque chose comme la cerise sur le gâteau ou le sucre sur les crêpes.